Bye bye New York !

Picasso L'enfant au cheval

Bye bye New York !

Hotel 6 Colombus, near Broadway, midi trente.

Ça y est, j’ai réglé la note d’hôtel et laissé ma valise au concierge.

Pour écrire tranquillement ce blog, je me suis installé au douzième étage de ce petit building, dans une terrasse avec vue panoramique sur Colombus Circle et Central Park.

Ce court séjour a aussi été très riche en émotions … Que cherche-t-on dans le voyage, sinon d’inattendues émotions ?

New York s’est probablement montrée sous son plus beau jour : ciel bleu, température agréable, New Yorkais aimables et disponibles …

Pourtant la journée d’hier avait très mal commencée …

L’hôtel où j’avais réservé ne pouvait pas me loger une nuit de plus. Avant de rendre la carte magnétique et de régler la note, j’ai rapidement loué une autre nuit dans un établissement tout proche du premier. (L’application Hotel Tonight est très pratique pour ce genre d’acrobatie).

Au moment de régler, le concierge me demande ma carte Visa. J’ouvre mon portefeuille et, stupeur, la case où je la range est vide !

La grosse tuile. Stress intense !

On comprend ma détresse et je vais m’asseoir dans le hall pour reprendre mes esprits.

Où ai-je bien pu la laisser. Je me remémore les derniers achats … Non, tous ceux-là, je les ai payés en cash … Ah, oui, le restaurant français … Son nom ? Impossible de me le rappeler et je ne retrouve pas la note mais je me souviens d’avoir pris la photo de la devanture … Ouvrir rapidement la photothèque … Ça y est : Lemarchelier !

Une rapide recherche sur Google, un coup de fil et ô miracle, ils ont bien ma Visa !

(C’est bien pratique d’avoir un téléphone avec un numéro américain).

Je retourne au comptoir et le concierge, en voyant mon sourire, comprend tout de suite que l’affaire est réglée …

C’est donc d’un pas léger que je trimballe ma valise et mon sac à dos vers le nouvel hôtel, encore plus près de Central Park. Chambre agréable, décoration choisie.

Le programme de la journée, une visite au prestigieux MOMA.

Tarif Senior : 18 dollars au lieu de 25 … Les petits avantages de l’âge …

Montée directe au sixième étage puis redescente au cinquième, toute la peinture moderne …

Et là, un choc tel que je n’en ai jamais ressenti de ma vie en visitant un musée !

Droit devant Les Demoiselles d’Avignon ! Plein cadre, sans barrières, pas comme au Musée de la Reine Sophie à Madrid où la fresque de Guernica était inaccessible !

Que de chefs d’œuvres dans ces salles ! Comment a-t-on pu les laisser filer … Il faut venir à New York pour admirer les plus belles toiles de nos peintres …

Matisse, Braque, Picabia, Picasso, Le Douanier Rousseau, Chagall (magnifique) …

Je suis tellement ému que j’éprouve le besoin de partager cette émotion avec un autre visiteur. Oui, lui aussi il est submergé par toute cette beauté !

Ces tableaux que l’on a vu si souvent en reproduction, ils sont là, sous nos yeux !

Muséographie parfaite ! Photos à volonté ! Espace de détente au rez-de-chaussée avec encore de très belles sculptures …

Bien sûr, si ce n’est déjà le cas, il faut y aller et y retourner encore et encore.

*

Dix sept heures trente. Le Musée ferme. Un coup d’œil sur l’IPad … Le Grand Central (La mythique gare ferroviaire de New York) n’est pas loin. J’y vais à pied.

Failli acheter un très beau masque Punu dans la rue. J’ai discuté un bon moment mais d’une part, il en demandait 900 dollars et d’autre part, j’ai eu un doute sur l’ancienneté du masque. Et où aurais-je pu le caser … La valise est déjà tellement pleine …

Pris le métro pour me rendre au Restaurant et récupérer ma Visa.
Le métro new yorkais est vétuste, malcommode et peu accueillant !

Quelques mots échangés avec le gérant (français de Biarritz) et je repars avec le précieux sésame.

Pour rentrer à l’hôtel, je dois traverser Central Park. C’est immense et ça va dans tous les sens, à pied, en vélo, en skate …

Les joggeurs courent par grappes entières sous la conduite d’un coach ! Tous semblent très appliqués à bien accomplir ce rituel …

Une jeune mère allaite son enfant sur un banc, les baseballeurs s’entrainent ferme sur leur mini-terrain d’exercice …

Qu’il est bon de vivre dans un pays en paix ! Combien de ces insouciants en ont conscience ?

Il me reste encore deux kilomètres à pied pour arriver à l’hôtel. J’en ai déjà fait presque dix dans la journée et je fatigue …

Je vais prendre le métro … Juste deux stations … Et là, une galère inattendue.

Il me faut recharger mon metro pass de un dollars vingt cinq cents.

Facile, il y a même un menu en français. Manque de chance le distributeur ne prend pas les billets et je n’ai pas de monnaie.

C’est une toute petite station. L’employé derrière l’épaisse vitre blindée accepte de me faire le change. Je retourne au distributeur pour ajouter les 1,25 dollars et là, j’ai bien cru devenir dingue! Impossible de taper le nombre. En appuyant sur 1, il affichait 0,25 et en appuyant sur 2, il affichait un autre nombre. La logique de cet engin m’est restée impénétrable. C’est une dame qui a fait la manipulation à ma place …

Il est maintenant près de neuf heures. Dîner en terrasse dans un pub irlandais. Plat de poisson et Sauvignon blanc. J’observe les passants avec l’œil du photographe … Quelle diversité … Pas un seul humain parmi les milliards qui peuplent cette planète ne ressemble à un autre !

Le séjour à New York touche à sa fin et la grande boucle aussi …

A plus tard pour les dernières réflexions sur cet exceptionnel voyage.

Une réflexion sur “Bye bye New York !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s